Le cirque est triste

Par défaut

-Alex-

Le chapiteau troué laisse voir les étoiles. On est assis sur des estrades en 2×4. Je sens que je vais m’amuser comme un enfant. J’ai hâte de voir les clowns et les jongleurs. De voir comment ça marche le cirque au Honduras.

On est dans une petite ville du pays le plus pauvre d’Amérique central, il ne faut pas s’attendre au cirque du soleil. C’est correct, je ne m’attends à rien. Je veux juste profiter du spectacle et j’espère avoir quelques belles surprises. Le maître de cérémonie annonce le début du spectacle !

Lumière, musique et une danse d’ouverture même pas digne d’un numéro poche de secondaire en spectacle. Quelque chose comme cinq longues minutes. Bon ! Bien ça peut pas être pire… hmm ho que oui ça peut !

« Mesdames et messieurs, accueillez Miguelito le plus grand clown du monde » !

Applaudissements. Un garçon d’environ 6 ans entre en scène déguisé en clown. Ça aurait pu être cute. Sauf que durant son numéro il reçoit environ 35 coups de bâton en carton de sa mère, elle simule même une fausse gifle au visage du petit. Ça ne pourrait clairement pas être joué au Québec. Le prochain numéro non plus d’ailleurs.

« Mesdames et messieurs accueillez Ruan l’acrobate !! »

Ho yeah ! Le vrai spectacle commence que je me dis… erreur. Un deuxième enfant, plus petit celui-là, entre en scène. Il s’avance dans l’anneau du cirque avec ses petits collants moulants, ses petites jambes et il nous regarde avec ses petits yeux… moi j’ai un petit malaise.

Je ne sais pas quel est le terme technique pour ça dans le monde du cirque, mais le petit s’accroche les deux mains après des bandes de tissus qui pendent dans la airs et un monsieur, probablement son père, le fait monter jusqu’au plafond. Le gamin se balance entre les poutres du chapiteau en faisant des figures d’acrobatie.

Pour vrai, il était fort. Mais il était triste. Il semblait triste. J’ai cru voir qu’il ressemblait à un petit gars triste. Moi j’ai été triste en voyant ce petit gars là pendu à ses anneaux dans un cirque cheap… (ma technique de gestion des chocs culturels dans toute sa splendeur, merci l’ACDI pour ta formation pré-départ).

« Mesdames et messieurs applaudissez-le bien fort, il fait tout ça et il n’a que 4 ans ! »

Psssst !!! Marie me dit à l’oreille : « si le prochain numéro met encore en vedette un enfant on sacre notre camp d’ici » You bet !

On a effectivement « sacrer notre camp » à l’entracte. Mais avant on a eu droit à une magicienne qui fume des clopes et à un clown qui crache environ 4 gallons d’eau au visage de sa femme.

C’est pas parce que c’était plate qu’on est partie. On est partie parce que c’était triste. C’est probablement juste une famille avec leurs enfants pis leur tante accroc à la nicotine. Ils ont trouver un numéro que chacun pouvait faire. Avec l’argent des entrés ils doivent à peine se payer le minimum pour survivre. Ce ne sont pas des artistes, ce sont des gens qui ont trouvé une façon de manger.

Pendant qu’on marche pour s’éloigner du chapiteau, celui qu’on croit être le père de la famille nous crie « attendez, le spectacle n’est pas terminé ». Moi je n’ose pas me retourner, je suis triste et le cirque aussi !

Publicités

Une réponse "

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s