Archives de Catégorie: Recettes

Pupusas

Par défaut

-Alex & Marie-

Plusieurs lecteurs nous ont écris : « Maintenant que nous savons faire la purée de frijoles, est-ce qu’il y a des recettes dans lesquelles on peut l’intégrer ? ». Hé bien, la réponse est oui. La purée de frijoles peut être utilisée pour faire de délicieux Pupusas, une recette typique du El Salvador. Le Sud du Honduras (où nous vivons) est à deux pas de la frontière du El Salvador ce qui fait qu’on y retrouve plusieurs restaurants qui servent les pupusas.

Pourquoi on aime les pupusas :

Marie: « On parle ici de comfort food, mais sur le pouce! Aussi, c’est une recette qui peut avoir une infinité de variantes selon ce qui reste dans le frigo. »

Alex: « C’est la version hondurienne de la pizza pochette. Humm, je m’ennuie un peu des pizzas pochettes, je pense qu’on va essayer d’en faire pour mettre sur le blogue. »

Ingrédients

  • Farine de maïs 2 tasses
  • Eau chaude 1 tasse (et demi au besoin)
  • Un peu de sel
  • Purée de frijoles
  • Purée de fromage: mettre un fromage frais au mélangeur, un peu d’eau au besoin, pour faire une garniture lisse facile à insérer dans le pupusa.
  • Vous pouvez ajouter épices, viandes, etc. Nous présentons ici la recette de base.

Préparation

  1. Faire la pâte: Dans un plat mélanger la farine et l’eau. Pétrir pour obtenir une bonne pâte.
  2. Faire une boule: Se mouiller les mains, ajouter un peu d’huile au besoin, pour éviter que la pâte colle sur les doigts. Prendre une partie de la pâte et en faire une petite boule.
  3. Remplir: Avec les doigts de l’autre main, faire un creu au centre de la sphère. Remplir le creu avec les frijoles et le fromage (proportion au goût). L’erreur classique c’est d’en mettre trop, ça complique par la suite la cuisson.
  4. Former le pupusa: rabattre les côtés de la pâte pour fermer le tout. Doucement applatir pour en faire un disque.
  5. Cuisson: Faire revenir à feu élevé dans l’huile, jusqu’à ce que la pâte soit bien dorée.

Accompagnements suggérés

  • Sauce aux tomates
  • Salsa
  • Oignons marinés
  • Salade de chou

Publicités

Comment faire la purée de frijoles

Par défaut

-Marie et Alex-

Les frijoles sont un élément de base de la cuisine hondurienne. On les retrouve souvent en accompagnement ou en garniture dans les pupusas et les baleadas (nous mettrons ces recettes en ligne dans le futur).

D’abord, ça prend des fèves rouges, une bonne quantité. Idéalement, on les fait tremper 12h avant à la température pièce et faut les faire bouillir 2 ou 3 heures jusqu’à ce qu’elles soient tendres. Les cannes du Super C font aussi la job. Ne jetez pas l’eau de cuisson, on s’en sert.

Ingrédients :

  • Fèves rouges
  • Oignons rouges
  • Piment fort (jalapeno)
  • Ail
  • Huile végétale
  • Sel & Poivre

1- Faire revenir les oignons, ail et piments dans un peu d’huile.

2- Ajouter les fèves rouges avec encore un peu d’huile et de l’eau de cuisson.

3- Piler les fèves à l’aide d’un fond de verre (princesses en option).

3.5- Si la patience manque, utiliser un mélangeur

4- Ajouter de l’huile et un peu d’eau de cuisson jusqu’à obtenir la texture désirée*

5- Sel et poivre

*Si trop mou, laissez cuire un peu. Si trop rigide, ajouter de l’huile et de l’eau.

Au final, ça donne une purée de fèves rouges délicieuse. On se servira de cette purée pour faire des recettes. Pour l’instant, manger en accompagnement avec des tortillas. Nous, on l’aime bien avec les tortillas et du quesillo, un fromage frais qui a une texture déjà fondante!  (voir image si dessous)

Sinon, ici au Honduras, on s’en sert aussi dans l’élaboration d’un plat bien typique et pas vraiment plus compliqué: l’Anafre. Dans un pot en terre cuite, où il y a en dessous un espace pour insérer du charbon de bois, question de garder le plat chaud, on place d’abord les frijoles. Ensuite, on y laisse fondre le fromage. Pour terminer le tout, c’est du bonus: Chorizo, Jalapeno, etc. Lorsque le tout est bien fondu, on le mange avec des chips de tortillas, tout simplement. C’est un entrée que l’on retrouve dans la plupart des restaurants!

Et parce qu’on aime bien imiter les sites de recettes traditionnels, voici pas à pas, la recette en image! Alexandre a bien voulu être M. Frijole…merci Alex !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La sopa de frijoles

Par défaut

-Alex-

On attrape un taxi parce qu’il commence à pleuvoir. Dans la voiture, personne ne sait l’adresse où l’on doit se rendre. Le taxi roule, avec mon cellulaire j’appelle Claudia notre prof d’espagnol qui nous a invité à partager le dîner. « Le coin de rue à droite après le temple mormon » qu’elle me dit au téléphone, je répète au chauffeur… efficace.

C’est un petit appartement chaleureux au deuxième étage, son père demeure au premier, dans lequel Claudia vit avec ses deux enfants. Dans le salon, son garçon écoute Gangs of New York en espagnol. On partage une orange ensemble, Léonardo DiCaprio est plein de sang. Je ne me rends pas compte que les filles dans la cuisine ont déjà commencé à cuisiner la soupe.

Je pense que Claudia ne me croit pas quand je dis que je fais la cuisine à la maison. Surtout qu’au lieu de couper les légumes pour la soupe, j’ai passé mon temps à la filmer en train de travailler.

La sopa de frijoles c’est à peu près l’équivalent de la soupe aux pois chez nous, genre, mais vraiment juste genre.

Pendant que Claudia cuisine en nous expliquant la recette, sa petite fille est folle comme de la marde de voir tant de gringos dans la maison. Elle cours partout, joue dans les cheveux de Myriam qui grimace de douleur et s’improvise photographe avec un appareil style fisherprice, je pense qu’elle m’imite avec ma caméra. Tout ça sur fond de Gangs of New York et de Léonardo DiCaprio qui crie en stéréo.

Le résultat, que rica ! C’est ce qu’on dit en espagnol quand on trouve ça vraiment bon. Pour vous donner une image, je n’ai pas réussi à finir mon bol tellement c’était une grosse soupe. C’est dire ! La dernière fois où ça m’était arrivé de ne pas finir une assiette c’était dans un buffet…

Le show du petit gros sexy

Après le repas, on passe au salon, Gangs of New York vient de finir… Léonardo DiCaprio est pas mort finalement. Le garçon de Claudia me met en charge de la télécommande. Je pitonne pour trouver un poste qui plaira à tout le monde. J’arrête sur ce qui m’apparaît être le Musique Plus du câble hondurien. Des filles qui dansent la punta, cool.

En revenant des annonces, on voit le titre de ce qu’on écoute : El gordito sexy, que nous traduisons librement par le show du petit gros sexy. L’animateur se dandine avec son micro… ça doit être sexy. Le fils de Claudia nous explique que c’est une émission du style télé-rencontre. Les gens envoient des messages textes qui défilent au bas de l’écran.

  • Salut, cherche une jolie fille entre 20 et 45 ans pour lui donner amour.
  • À la recherche de ma moitié d’orange (douce moitié) femme de 30 à 45 près de Tegucigalpa.
  • Je suis beau et j’ai 35 ans, je cherche un partenaire.

Hahaha ! Gay ! S’écrit le jeune garçon, on rit nous aussi, sa réaction est drôle. On ne sait pas comment sont perçus les gais ici ? C’est quoi le numéro pour envoyer des messages qu’on lui demande. Il faut être avec la compagnie Tigo pour pouvoir… haa ! Nos cell sont avec Claro, ça marche pas ? Too bad.

La recette comme je l’ai compris…

  1. Faire cuire des fèves rouges dans de l’eau.
  2. Faire revenir des oignons rouges dans une poêle, y ajouter par la suite du riz blanc avec de l’huile. Après avoir fait un peu revenir le riz ajouter l’eau (deux fois plus qu’il y a de riz).
  3. Faire revenir au fond du chaudron les oignons et les piments.
  4. Ajouter une bonne quantité de l’eau qui a servi à faire cuire les fèves rouges préalablement.
  5. Chauffer le tout et ajouter 2 cubes de bouillon de poulet et du cumin
  6. Ajouter la yuca (maniocre), les bananes plantains et les bananes jaunes normales pas mûres donc vertes.
  7. Laisser le tout mijoter un bout
  8. Ajouter de la coriandre en masse et le riz qu’on a fait cuire à l’étape 2.
  9. Ajouter les oeufs avec leur coquille pour les faire durcir.
  10. Servir avec du fromage frais, qui ressemble à du mozzarella, et des tortillas (ici tout est servis avec des tortillas).